Critiques

Bairavaa – La Critique

16111915_663456937148940_894706611_n

Sorti aujourd’hui (hier en avant-première dans certains pays), Bairavaa marque le 60e film d’Ilayathalapathy Vijay, en duo avec Keerthy Suresh, mais aussi Jagapathi Babu, Sathish et Daniel Balaji en vedette, le tout sous la réalisation de Bharathan. Les deux hommes s’étaient déjà associés pour « Azhagiya Tamil Magan » en 2007, qui a été malheureusement un échec au box-office. Cependant, Ilayathalapathy nous a tous surpris en choissisant ce dernier pour son 60ème film, alors que d’autres réalisateurs prometteurs, tels que SJ Suryah ou Karthik Subbaraj, lui ont narré un script. A-t-il eu finalement raison de redonner une chance à Bharathan ?

Snopysis :

Bairavaa (Vijay) est un employé de banque, chargé des recouvrements de dettes. Pionnier de son travail, il est capable d’affronter quiconque pour récupérer les sommes en question. Ainsi, ce dernier viendra à rencontrer Malarvizhi (Keerthi Suresh), et tomber fou amoureux d’elle, découvrant par ailleurs son combat contre un certain homme d’affaires, nommé P.K (Jagapathi Babu). Bairavaa va donc prendre en main ce combat, pour aider sa bien-aimée.

Casting :

Il est à rappeler que plusieurs inquiétudes se submergeaient avant la sortie du film, notamment sur l’efficacité du réalisateur, mais surtout sur le «look» de Ilayathalapathy dans le film: avec une perruque. Or, la présence de Vijay brise cette faille, et il interprète correctement le personnage de Bairavaa, le film est donc quasiment porté par lui. Ensuite, nous avons également Jagapathi Babu qui délivre un jeu d’antagoniste typique mais convenable, et Daniel Balaji qui incarne avec brillance son rôle (qui est cependant très limité, certains pensent d’ailleurs qu’il a été sous-exploité). Quant à la dimension comique du film, qui est attribuée à Sathish et Thambi Ramaiah, elle n’a pas vraiment été réussie, sauf certains passages, là aussi faute de sous-exploitation par le réalisateur.

Cependant, le gros bémol du casting reste l’actrice principale, Keerthi Suresh, qui peine à nous convaincre dans son personnage de Malarvizhi. De plus, certaines peuvent penser aussi que Keerthi Suresh et Vijay peinent à nous offrir une alchémie crédible.

Département Technique :

Dans l’ensemble, les techniciens ont rendu un travail moyen. La caméra de M. Sukumar est convenable, malgré quelques plans inadéquats, la bande sonore de Santhosh Narayanan reste moyen, merci à « Varlaam Varlaam Vaa » et le montage de Praveen K.L est passable, malgré des scènes qui  pouvaient être négligées, et les chansons freinant la progression déjà lente du film. Le chorégraphe Dinesh a quasiment sous-exploité le potentiel en danse d’Ilayathalapathy.

Néanmoins, le travail d’Anl Arasu mérite d’être applaudi : ses cascades sont remarquables, mention spéciale pour la scène de cricket.

Scénario & réalisation :

La vraie carence du film reste Bharathan : ce dernier affirmait lors de ses interviews qu’il a opté pour de nouveaux procédés de réalisation après ses 2 échecs, chose qui est malheureusement difficile à admettre. En effet, l’intrigue, étant du « déjà-vu », est du pur masala, perd sa cohérence à certains moments. Le film est par ailleurs très long, avec une progression très lente, le rendu final pouvait s’abstenir d’une quinzaine de minutes.

Verdict : Malgré de gros défauts scénaristiques et techniques, Bairavaa restera un film convenable, pour les fans d’Ilayathalapathy. Note : 2.5/5

Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Populaire

To Top